Taille police

SCREEN

Profil

Mise en page

Style du menu

Cpanel

Guide de l'indexeur

Le guide d'indexation fourni sur ce portail  est extrait du document Profil d'application Normetic 1.2 publié par le GTN-Québec en 2008. Quant au profil d'application  Normetic 2.0 pour MLR, il  est présentement en voie d'élaboration par le GTN-Québec (2013).
 
Le présent guide s’adresse principalement aux praticiens associés à la production ou à la normalisation de la description de ressources d’enseignement et d’apprentissage :
  • développeurs de contenu (équipes de production, professeurs, formateurs)
  • spécialistes techniques, responsables de l’implantation informatique
    indexeurs de contenu, chargés de la description et du catalogage des ressources

 
et à tous ceux qui s’intéressent ou qui oeuvrent dans le domaine de l’éducation (décideurs, gestionnaires, professeurs, enseignants, étudiants et élèves).

 

Les informations portent sur trois sujets :

 
1. Pourquoi un profil d'application tel que Normetic 1.2 ?
2. Structure des métadonnées
3. Élaboration de fiches descriptives de REA selon Normetic 1.2

 

1. Pourquoi un profil d'application tel que Normetic 1.2 ?

L’arrivée des nouvelles technologies dans le domaine de l’information et de la communication bouleverse les pratiques d’enseignement et d’apprentissage. D’ailleurs, les établissements d’enseignement ainsi que les ministères, les entreprises et les organismes impliqués dans des activités de formation investissent des moyens financiers croissants dans la production de ressources pédagogiques numériques.

La raison de ces investissements est liée au fait qu’il devient maintenant possible, grâce à ces avancées technologiques, d’améliorer sensiblement les moyens d’enseignement et d’apprentissage. Parallèlement à cette préoccupation, existe aussi celle de constituer des banques d’actifs pédagogiques durables dont les contenus peuvent être réutilisés, échangés, partagés et commercialisés. Une telle constitution d’un patrimoine éducatif permet d’assurer une plus grande rentabilité des investissements par un meilleur usage des ressources existantes et par la diminution des coûts afférents à leur exploitation (maintenance, migration d’un environnement technologique à un autre, répétition indue des mêmes développements, etc.).

Il existe, cependant, certaines conditions à ce partage et à cette réutilisation, parmi lesquelles se retrouve celle de l’interopérabilité. En effet, la possibilité d’utilisation des ressources d’enseignement et d’apprentissage (REA) développées par une organisation dans un environnement technologique donné, par d’autres organisations dans d’autres environnements technologiques, est soumise à une compatibilité « logicielle », mais aussi à une compatibilité  «sémantique » dans la description de ces ressources. En effet, si une ressource n’est pas décrite dans un catalogue, elle ne peut habituellement pas être retrouvée. Ainsi, de la même façon que la recherche d’un document dans une bibliothèque s’effectue dans un ensemble de fiches bibliographiques, celle d’une ressource d’enseignement et d’apprentissage doit se faire dans un ensemble de fiches décrivant de telles ressources. Les champs de ces fiches doivent correspondre à un certain schéma de métadonnées et ce schéma doit correspondre à une certaine norme. Une norme permet à différents utilisateurs de métadonnées de s’appuyer sur un consensus quant à l’organisation des éléments de la fiche descriptive et quant au sens à donner à chacun de ses éléments. Voilà où entre en jeu Normetic.

Le profil d’application Normetic vise à établir un langage commun pour la description de ressources d’enseignement et d’apprentissage en se fondant sur des normes et des standards internationaux et en répondant aux besoins spécifiques de la communauté éducative. Son objectif est d’établir, avec tous les ordres d’enseignement, un consensus sur la description normalisée des contenus pour favoriser le développement structuré d’un patrimoine éducatif comme partie intégrante d’un patrimoine éducatif universel. Normetic propose une structure, une sémantique et un contenu de base pour la description des ressources d’enseignement et d’apprentissage. Cette description normalisée permet un catalogage informatique efficace. La facilité du repérage de ressources à l’intérieur de catalogues en favorise l’accessibilité, la réutilisation et le partage.

Pour bien cerner la question du repérage et du partage de ressources, illustrons la recherche d’une REA particulière dans des dépôts de REA. Comment, idéalement, devrait s’effectuer le repérage ? Une première méthode serait de parcourir l’ensemble de ces dépôts afin de trouver la REA désirée, mais ces consultations successives de divers dépôts ne sont certainement pas d’une grande efficacité.

Pour être plus efficace dans la recherche d’une ressource, il est préférable de procéder à partir de requêtes soumises à des banques de données contenant la description de ressources (sous forme de métadonnées). Par exemple, lorsqu’on recherche un livre dans une bibliothèque, on consulte des fiches de métadonnées décrivant les documents de la bibliothèque (sujet, titre, auteur, éditeur, etc. sont des métadonnées). On trouve habituellement le livre recherché à la localisation indiquée par une des métadonnées de la fiche.

Un r├йf├йrentielUne bibliothèque possède des fiches descriptives de documents qui occupent habituellement un lieu différent de celui occupé par les documents eux-mêmes, en d’autres termes, il existe des fiches dans un répertoire de métadonnées et des livres dans un dépôt de livres. Par analogie, on peut penser qu’il existe des fiches descriptives de REA dans un système de catalogage situé dans un autre lieu que celui où se trouvent les REA, en d’autres termes, un «référentielde REA» séparé du «dépôt de REA». Les recherches se feraient alors en interrogeant le référentiel et chaque « fiche » correspondant aux critères de recherche guiderait l’utilisateur vers la localisation de la ressource, dans un ou plusieurs dépôts.

Le schéma ci-dessus illustre un système ne contenant qu’un seul référentiel de REA, c’est-à-dire, un seul endroit où des fiches descriptives de REA sont conservées. Cependant, dans la réalité, il existe de nombreux référentiels correspondant à différentes sources de description de REA (universités, collèges, écoles, diverses organisations vouées à la formation, maisons d’édition, etc.). Dans un système idéal, l’information serait partagée entre tous ces référentiels et une requête de recherche adressée à un seul référentiel s’effectuerait dans les données de l’ensemble, comme l’indique le schéma suivant. Pour qu’une telle communication existe entre les référentiels, ces derniers doivent utiliser un langage commun et les mêmes descripteurs. Il existe actuellement des normes et des standards établissant des exigences quant à la description des REA ainsi qu’au transfert d’information d’un référentiel à l’autre. Le profil d’application Normetic répond adéquatement à ces besoins, tout en se conformant aux travaux de normalisation en cours à l’échelle internationale.

Le profil d’application Normetic utilise la définition de REA apparaissant dans le document déposé par la délégation canadienne au Comité ISO/IEC JTC1/SC36 en mars 2005. Dans ce texte, une ressource d’enseignement et d’apprentissage est définie comme « toute entité, numérique ou non numérique, conçue ou pouvant être utilisée pour des fins d’apprentissage, d’éducation ou de formation ».

R├йseau de r├йf├йrentielsAu-delà de Normetic existe le besoin de décrire des REA pour en faciliter le repérage et en maximiser l’accessibilité, la diffusion, la réutilisation et la durabilité. Il ne faut jamais perdre de vue ces objectifs d’échange et de partage de REA, ni la visée de la constitution d’un patrimoine éducatif qui sont à la base de tout le travail accompli et à venir dans ce domaine. D’ailleurs, comme Normetic fait partie d’un ensemble de profils d’application découlant du LOM et normalement compatibles entre eux, ce patrimoine éducatif ne se limite pas aux seules REA décrites par Normetic, mais aspire à une portée plus internationale. Toujours concernant ce patrimoine éducatif, il est fort légitime de se poser la question à savoir si toutes les ressources correspondant à la définition de REA « méritent » d’être répertoriées et d’en faire partie. La réponse à cette question pourrait s’articuler autour de l’idée du potentiel d’utilisation ou de réutilisation d’une ressource.

Rappelons que la décision d’inclure ou non la fiche descriptive d’une ressource dans un référentiel de métadonnées dépend de la politique éditoriale du référentiel en question et ne relève pas vraiment du profil d’application Normetic, ni du rôle de l'indexeur. En d’autres termes, la responsabilité de la qualité du produit offert relève non seulement de la description de la ressource, mais aussi des gestionnaires de référentiels de métadonnées qui doivent être vigilants afin d’éviter la pollution de leur site par l’ajout de ressources inappropriées.

 2. Structure des métadonnées

La description de la structure des métadonnées dans Normetic ne peut se faire sans aborder celle du standard IEEE 1484.12.1-2002 (LOM) qui en est la source.

L’IEEE 1484.12.1-2002 (LOM), nommé plus simplement LOM («Learning Object Metadata»), est un schéma très détaillé utilisé pour la description des ressources d’enseignement et d’apprentissage. Ce standard a été conçu par le comité « IEEE-LTSC-LOM Institute of Electrical and Electronics Engineers, Inc. - Learning Technology Standards Committee - Learning Objects Metadata Working Group ». Cet organisme international regroupe des représentants du Canada, des États-Unis, de plusieurs pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie et de certaines régions du Pacifique.

Pour les besoins de description énoncés au paragraphe précédent, LOM prévoit la documentation facultative de 58 descripteurs, regroupés à l’intérieur des 9 catégories décrites dans le tableau suivant.

LOM
Le profil d’application Normetic consiste principalement en un traitement particulier des descripteurs du LOM. Il existe d’autres profils d’application utilisant le standard LOM, dont certains se résument à une simple sélection d’éléments. Normetic donne un statut particulier à chaque descripteur qu’il tire du LOM, en le désignant comme « Requis », « Requis conditionnel», «Recommandé» ou «Facultatif». Cette caractéristique est illustrée par le tableau suivant.

Norm├йtic-├Йl├йments

 

Pour être conforme à la version 1.2 de Normetic, la fiche descriptive d’une REA doit, entre autres, comporter les 19 éléments requis de ce profil d’application. Dans certaines circonstances, cette fiche descriptive devra également inclure un ou plusieurs des 3 éléments conditionnellement requis. Les autres descripteurs, recommandés ou facultatifs, peuvent être utilisés, le cas échéant, pour détailler davantage les caractéristiques d’une REA.

Le tableau suivant présente les 19 descripteurs requis (O), les 3 descripteurs requis conditionnels (O*), les 10 descripteurs recommandés (R) et 26 descripteurs facultatifs (F) à l’intérieur des 9 catégories. On remarquera la présence de 19 éléments qui sont composés de descripteurs documentés (dont 9 catégories), pour un total de 77 étiquettes.

TableA
TableB
  
Notes :  Les cellules grisées représentent les descripteurs requis et requis conditionnels de Normetic pour en faciliter le repérage.
Tous ces éléments sont décrits en détail dans les Lignes directrices de Normetic
 
3. Élaboration de fiches descriptives de REA selon Normetic 1.2
 
Un guide détaillé d'élaboration de fiches descriptives de ressources d'enseignement et d'apprentissage (REA) selon le profil d'application Normetic 1.2 a aussi été produit par le GTN-Québec (2008). Pour le consulter, cliquer ici
 
 
Quelques liens/références utiles
 
BERTIN, Gilles, BERTRAND, Annie, BOURDA, Yolaine, et al. L'indexation des ressources pédagogiques numériques : un partenariat à créer entre les SCD et les services TICE au sein des universités, 16 novembre 2004, Lyon-Villeurbanne [en ligne]. Lyon : école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (enssib), 2004, 87 p. Format PDF.

Contient les transcriptions de diverses communications orales qui peuvent être consultées séparément dont :

Pourquoi indexer les ressources pédagogiques numériques ? par Yolaine BOURDA, Professeur d’informatique à Supelec. Compte-rendu rédigé par l’enssib à partir d’une transcription de la communication orale de Yolaine Bourda du 16 novembre 2004.
 
Les caractéristiques d’une ressource pédagogique et les besoins d’indexation qui en résultent. Par  Laurent FLORY, Université Lyon 1. Novembre 2004.
 
Présentation des standards : LOM – Learning Object Metadata. Par Rosa María GÓMEZ DE REGIL. Doc’Insa, Lyon. Novembre 2004. 

 

 

Vous êtes ici : Guides Guide de l'indexeur